Yves Meyer, 77 ans, professeur émérite à l’École normale supérieure Paris-Saclay, vient d’être récompensé par le prix Abel, la plus prestigieuse récompense dans le monde des mathématiques après la médaille Fields.

Si la médaille Fields est souvent considérée comme le «Nobel des mathématiques» par sa renommée, c’est en pratique une récompense très différente: peu dotée, elle n’est décernée qu’une fois tous les quatre ans à un chercheur de moins de 40 ans pour des travaux d’exception.

C’est la raison pour laquelle la Norvège a imaginé en 2001, en hommage au mathématicien national Niels Henrik Abel (1982-1829), ce «prix Abel», très proche dans sa conception du prix Nobel.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

L’Académie norvégienne des sciences et des lettres récompense Yves Meyer « pour son rôle central dans le développement de la théorie mathématique des ondelettes ».

Yves Meyer, de l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay, s’est vu attribuer mardi 21 mars le prix Abel de mathématiques, récompense norvégienne qui ambitionne de compenser l’absence de prix Nobel dans cette discipline.

M. Meyer, 77 ans, est récompensé « pour son rôle majeur dans le développement de la théorie mathématique des ondelettes », a annoncé l’Académie norvégienne des sciences et des lettres.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Au travers d’Yves Meyer, professeur émérite de l’École normale supérieure Paris-Saclay, c’est l’école française de mathématique qui vient (encore) d’être récompensée internationalement, par le prestigieux prix Abel qui, avec le prix Wolf et la médaille Fields, constitue la plus haute récompense en mathématiques – un équivalent mathématique du prix Nobel.

En substance, la théorie des ondelettes, mise en forme et achevée en 1986 par Y. Meyer, appartient au domaine de l’analyse et consiste grosso modo en un fabuleux outil permettant de « traduire » en équations toutes sortes de signaux continus ou discontinus de type oscillatoire – cette traduction étant bien plus économique en quantité d’informations que les signaux initiaux.

Car en effet la technologie des ondelettes réduit considérablement le nombres d’informations échangés en transformant un flux d’informations brut, par exemple chaque son de la 9e symphonie de Beethoven, en une série d’équations mathématiques décrivant cet ensemble de sons.

Lire la suite sur www.science-et-vie.com…

Yves Meyer de l’École normale supérieure Paris-Saclay s’est vu attribuer mardi le prix Abel de mathématiques, qui ambitionne de compenser l’absence de prix Nobel dans cette discipline.

Décrit comme un « nomade intellectuel » qui a grandi à Tunis, Yves Meyer recevra sa récompense dotée de 6 millions de couronnes, soit environ 675 000 euros, des mains du roi Harald V de Norvège le 23 mai à Oslo.

LIRE AUSSI >> Un prof de maths gagne 620 000 euros pour avoir résolu un problème vieux de 300 ans

Formellement à la retraite, il est toujours membre associé du Centre de mathématiques et de leurs applications de l’ENS.

Lire la suite sur fr.news.yahoo.com…

Chercheur d’exception, le mathématicien Yves Meyer se voit décerner aujourd’hui cette récompense prestigieuse pour sa contribution majeure au développement de la théorie des ondelettes.

Ce prix vient s’ajouter au prix Salem reçu par Yves Meyer en 1970, ainsi qu’au prix Gauss en 2010, deux récompenses majeures en mathématiques, décernées par l’International Mathematical Union.

Ces distinctions forcent le respect et illustrent combien l’œuvre d’Yves Meyer est unique : on y trouve des accomplissements théoriques d’une grande profondeur, en particulier dans le domaine de l’analyse harmonique, ainsi que des contributions décisives en direction des autres disciplines scientifiques, notamment par le développement d’outils innovants dans le domaine du calcul numérique qui ont eu un impact majeur dans le monde des applications.

Lire la suite sur lejournal.cnrs.fr…

Le Français Yves Meyer s’est vu décerner le prix Abel par l’Académie norvégienne des sciences et des lettres.

L’Académie norvégienne des sciences et des lettres a attribué au Français Yves Meyer de l’École normale supérieure Paris-Saclay le prix Abel, équivalent du prix Nobel de mathématiques.

Parmi ceux-là, l’Académie norvégienne des sciences et des lettres cite  » l’analyse harmonique appliquée et numérique, la compression de données, la réduction de bruit, l’imagerie médicale, l’archivage, le cinéma numérique, la déconvolution des images du télescope spatial Hubble et la récente détection par l’observatoire LIGO des ondes gravitationnelles créées par la collision de deux trous noirs », comme rapporté par Le Monde.

Lire la suite sur www.linfo.re…

Compression de données, réduction du bruit, imagerie médicale, traitement des images du télescope spatial Hubble ou, plus récemment, des signaux d’ondes gravitationnelles enregistrés par l’interféromètre Ligo, l’analyse par ondelettes est présente dans de très nombreux domaines.

Il a d’abord travaillé sur des problèmes en théorie des nombres avant de s’intéresser à l’analyse harmonique, qui consiste à décomposer un objet mathématique complexe en une série d’ondes plus simples.

L’approche des ondelettes n’est pas sans rappeler l’analyse de Fourier, qui consiste à décomposer une fonction quelconque (ou un signal) en des fonctions élémentaires du type sinus et cosinus.

Lire la suite sur www.pourlascience.fr…